Poème 'Les Belges et la Lune' de Charles BAUDELAIRE dans 'Amœnitates Belgicæ'

Les Belges et la Lune

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Amœnitates Belgicæ"

On n’a jamais connu de race si baroque
Que ces Belges. Devant le joli, le charmant,
Ils roulent de gros yeux et grognent sourdement.
Tout ce qui réjouit nos cœurs mortels les choque.

Dites un mot plaisant, et leur œil devient gris
Et terne comme l’œil d’un poisson qu’on fait frire ;
Une histoire touchante ; ils éclatent de rire,
Pour faire voir qu’ils ont parfaitement compris.

Comme l’esprit, ils ont en horreur les lumières ;
Parfois sous la clarté calme du firmament,
J’en ai vu, qui rongés d’un bizarre tourment,

Dans l’horreur de la fange et du vomissement,
Et gorgés jusqu’aux dents de genièvre et de bières,
Aboyaient à la Lune, assis sur leurs derrières.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Poisson de Krylov
    ----------

    Le poisson de Krylov, c’est un poisson baroque
    Qui volontiers s’égare en des plaisirs charnels ;
    Il peut tenir aussi des discours solennels
    Et citer des auteurs de toutes les époques.

    Il n’a pas peur de l’ours, il ne craint pas le phoque,
    Ni le pesant tourteau, ni le requin cruel ;
    Il sort parfois de l’eau pour dérober du miel
    Ou d’un épouvantail admirer la défroque.

    C’est un fier animal, un rêveur de lumière
    Dont le regard s’élève et voit le firmament ;
    Son coeur est débonnaire, ignorant les tourments.

    Il ne refuse pas les divertissements,
    Grignotant des bretzels, dégustant de la bière,
    Procurant du bonheur aux belles tavernières.

  2. Sagesse du poisson volant
    ------------

    Je survole un village et ses humbles bicoques,
    Puis je m’en vais planer sur les monts éternels ;
    Le grand soleil m’accorde un regard paternel,
    Lui dont le noble corps traverse les époques.

    Faute d’un cachalot, je me nourris d’un phoque,
    J’arrive à capturer les aigles dans le ciel ;
    Je dévore le tigre et l’ours mangeur de miel,
    D’être ainsi menacés, cela les interloque.

    De la lune d’automne absorbant la lumière,
    Je prélève une étoile au fond du firmament ;
    Le nocturne dragon me poursuit vainement.

    Tels sont, vous le voyez, mes divers aliments,
    Puis je fais tout descendre avec un peu de bière ;
    Pourtant, je n’ai jamais mangé la tavernière.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS