Poème 'Les cascades' de ATOS

Les cascades

ATOS

Rejoindre la verticalité des mots, c’est un peu entrer dans la foret des sens. Ça se mélange, ça vous égare, ça vous surprend flottant à l’ombre d’un regard, ou bien accroché au rayon d’un de ses rêves.
Allongé de tout son long, le ventre à même l’écorce la terre, on lit . Et puis au chemin de ses lèvres on tresse la longue chevelure du ciel , dans la profondeur d’un lieu serti de longues lianes d’herbes fraîches. Ce n’est pas un hasard, ce n’était peut être même pas l’instant, c’est la cascade d’une source où l’on dépose ses habits du moment, et sous laquelle vous pénètre le bruissement d’une lumière qui entre dans le cristal du temps.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS