Poème 'Les hirondelles' de ATOS

Les hirondelles

ATOS

Entre ses doigts , une route déroule la bobine du temps.
Comme un dernier tournant,
Une branche se courbe au passage du printemps.

Cette barrière qui nous ouvre les bras,
C’est une musique douce qui ne me quitte pas.

Nichée dans le miel du bois,
ma mémoire ne tremble pas.

Bientôt la maille posée sur mon bras,
et l’écriture de tes gestes sur l’écho de tes pas.

Un parfum d’hirondelle brûlant dans une cuillère de ciel,
C’est cette musique chaude que je revois.

Poème préféré des membres

Loic a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS