Poème 'Les Morts aveugles' de Renée VIVIEN dans 'La Vénus des aveugles'

Les Morts aveugles

Renée VIVIEN
Recueil : "La Vénus des aveugles"

Les Morts aveugles sont assis dans les tombeaux,
Ils ouvrent leurs yeux larges et stupides
Devant la lueur rouge des flambeaux,
Et leurs yeux béants sont des gouffres vides…
Dardant vers la nuit leurs regards stupides,
Les Morts aveugles sont assis dans les tombeaux.

Je viendrai m’accroupir sur la pierre lépreuse
Où la fièvre suinte en âcres moiteurs.
Tel qu’un faux soupir de fausse amoureuse,
Le jour éteindra ses rayons menteurs.
Dans l’ombre exhalant ses lourdes moiteurs,
Je viendrai m’accroupir sur la pierre lépreuse.

Mais je retrouverai mes regards d’autrefois,
Je te reverrai de mes yeux d’aveugle.
Comme un mâle en rut qui brame et qui beugle,
Je ferai crier tes os sous mon poids…
Et, tournant vers toi ma prunelle aveugle,
L’amour rallumera mes regards d’autrefois.

Tu viendras t’accroupir sur la pierre lépreuse
Et geindre parmi les âcres moiteurs,
Et tes faux soupirs de fausse amoureuse
Ressusciteront nos baisers menteurs.
Dans l’ombre exhalant de lourdes moiteurs,
Nous nous accroupirons sur la pierre lépreuse.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS