Poème 'Les plaintes d’un Icare' de Charles BAUDELAIRE dans 'Les Fleurs du Mal'

Les plaintes d’un Icare

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Les Fleurs du Mal"

Les amants des prostituées
Sont heureux, dispos et repus ;
Quant à moi, mes bras sont rompus
Pour avoir étreint des nuées.

C’est grâce aux astres nonpareils,
Qui tout au fond du ciel flamboient,
Que mes yeux consumés ne voient
Que des souvenirs de soleils.

En vain j’ai voulu de l’espace
Trouver la fin et le milieu ;
Sous je ne sais quel oeil de feu
Je sens mon aile qui se casse ;

Et brûlé par l’amour du beau,
Je n’aurai pas l’honneur sublime
De donner mon nom à l’abîme
Qui me servira de tombeau.

Poème préféré des membres

Luciel et FireFly ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. naturally like your web-site however you have to test the spelling on quite a few of your posts. A number of them are rife with spelling problems and I in finding it very troublesome to tell the reality nevertheless I’ll definitely come again again. wedding dresses jcpenney http://www.kiwibox.com/smash1eyes/blog/entry/106683677/a-diverse-selection-of-womens-perform-slacks-flawlessly-s/?pPage=0

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS