Poème 'Loys' de Théodore de BANVILLE dans 'Les cariatides'

Loys

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les cariatides"

Elle cueille des marguerites et les effeuille pour s’assurer de l’amour de Loys.
Théophile Gautier, Giselle, acte I, scène IV.

Mon Loys, j’ai sous vos prunelles,
Oublié, dans mon cœur troublé,
Mon époux qui s’en est allé
Pour combattre les infidèles.
Quand nous le croirons loin encor,
Il sera là, Dieu nous pardonne !
Mon beau page, quel bruit résonne ?
Est-ce lui qui sonne du cor ?

J’ai lu dans un ancien poème
Qu’une autre Yolande autrefois
Près de son page Hector de Foix
Oublia son époux de même.
Elle gardait comme un trésor
Ces extases que l’amour donne. ?
Mon beau page, quel bruit résonne ?
Est-ce lui qui sonne du cor ?

Cette Yolande était duchesse,
Mille vassaux étaient son bien,
Et son bel ami n’avait rien
Que ses cheveux blonds pour richesse.
Pour cet enfant aux cheveux d’or
La dame eût vendu sa couronne. ?
Mon beau page, quel bruit résonne ?
Est-ce lui qui sonne du cor ?

Ces amants qu’un doux rêve assemble,
Ont souvent passé plus d’un jour
À se dire des chants d’amour,
Ou bien à regarder ensemble
Les oiseaux prendre leur essor
Vers l’azur qui tremble et frissonne. ?
Mon beau page, quel bruit résonne ?
Est-ce lui qui sonne du cor ?

Ou bien ils passaient leurs journées
À revoir d’auréoles ceints
Les bonnes Vierges et les Saints
Dans les Bibles enluminées.
L’Amour dit son confiteor
Sans écouter l’heure qui sonne. ?
Mon beau page, quel bruit résonne ?
Est-ce lui qui sonne du cor ?

Comme leurs lèvres en délire
Un soir longuement s’assemblaient,
En des baisers qui ressemblaient
Aux frémissements d’une lyre,
On entendit au corridor
Les pas de l’époux en personne. ?
Mon beau page, quel bruit résonne ?
Est-ce lui qui sonne du cor ?

Sais-tu quel sort on nous destine ?
Le malheureux page exilé,
Plein d’un regret inconsolé,
Alla mourir en Palestine.
Toujours pleurant son cher Hector,
La dame au couvent mourut nonne. ?
Mon beau page, quel bruit résonne ?
Est-ce lui qui sonne du cor ?


Février 1841.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto