Poème 'Marie' de Marie KRYSINSKA dans 'Rythmes pittoresques'

Marie

Marie KRYSINSKA
Recueil : "Rythmes pittoresques"

A Catulle Mendès.

La jeune fille nazaréenne amoureusement rêve
Elle rêve aux exploits sans pareils
De l’admirable Jéhovah.
C’est lui – dit-elle dans son cœur tremblant -
Qui exhaussa
Par la seule force de son Verbe
Les murailles d’azur qui supportent son ciel.
C’est lui qui enchaîna la mer farouche
La mer gémissante éternellement
La mer écumante de sa révolte vaine.
C’est lui – dit-elle dans son cœur brûlant -
Qui délivra
Son peuple choisi de la dure peine
Au pays d’Egypte, au pays d’exil,
Et c’est son invincible valeur qui triompha
Des Amalécites ennemis de son nom glorieux.

* *

La jeune nazaréenne amoureusement rêve
Et le poids accablant
D’une Humilité surhumaine
Fait incliner son front charmant
Or, l’Ange annonciateur paraît à ce moment
Et lui dit:  “ Salut, Marie,
Dans tes flancs tu porteras ton Dieu. ”

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Marie KRYSINSKA

Portait de Marie KRYSINSKA

Marie Anastasie Vincentine Krysinska, née à Varsovie le 22 janvier 1845 et morte à Paris le 16 octobre 1908, est une poétesse française. Fille d’un avocat de Varsovie, Marie Krysinska de Lévila vient à Paris étudier au Conservatoire de musique, études qu’elle abandonne bientôt pour s’adonner à la littérature.... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS