Poème 'Midi – III – Horizons' de Marie KRYSINSKA dans 'Rythmes pittoresques'

Midi – III – Horizons

Marie KRYSINSKA
Recueil : "Rythmes pittoresques"

A Alfred Rambaud

Les âpres mâchoires des rochers
Ont dévoré le déclinant soleil
Et la peau aux lourdes rides -
La rude peau des monstres accroupis -
S’éclabousse du sang rose
Que répandit le déclinant soleil.
C’est l’Heure épanouie comme une large Fleur
Où le ciel attristé semble prendre en ses bras
Les monts, les arbres et la mer
Pour d’intimes communions
A l’horizon perdu.
L’olivier pleure aux bords des routes;
Et tout là-bas dans la vallée
Sonnent les gaies couleurs des toitures.
Mais, voici reparaître la montagne – Reine
Qui porte dans les plis de son long manteau
Les forêts, les vignes et les villes -
Puis, la mer seule
Et dans le beau ciel d’or mourant
Les grandes vagues immobiles
Des Alpes au loin.
Route de la Corniche.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Marie KRYSINSKA

Portait de Marie KRYSINSKA

Marie Anastasie Vincentine Krysinska, née à Varsovie le 22 janvier 1845 et morte à Paris le 16 octobre 1908, est une poétesse française. Fille d’un avocat de Varsovie, Marie Krysinska de Lévila vient à Paris étudier au Conservatoire de musique, études qu’elle abandonne bientôt pour s’adonner à la littérature.... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS