Poème 'Mémoires' de turia

Mémoires

turia

Une mère pleure son enfant assassiné
Une jeune femme pleure son mari fusillé
Le compagnon, au regard remplis de larmes,
Incrédule et impuissant, le voyant- là,
mort
Son enfant gisant à ses pieds

Des enfants triste et hagard,
Voyant ses hommes étendus, à leurs pieds, inertes, sanglotent.

La classe ouvrière au fil du temps,
Ne compte plus ces absents
Les meilleurs de ses rangs disparus,
Assassinés, fusillés, emprisonnés,
Torturés, déportés,
Par les bourreaux versaillards, et d’autres salopards

Amis et passants,
Souviens-toi de ceux qui ont laissés leurs vies pour ton bien-être
Et pour un avenir radieux

Amis et camarades, souviens-toi,
De ceux qui sont effacés de la mémoire collective
Et qui tombèrent sous le feu de la mitraille et des sabres des mercenaires
d’état,

Comme les révolutionnaires de 1848,
À qui on a volé les fruits de leurs combats,
Ou de ceux de 1871, eux les communeux, premier libérateur de nos misères
Souviens-toi aussi plus près de chez nous, des massacres de Seraing et de
Frameries,
Que l’on sabra en pleine rue, dans les estaminets,
Ou même dans la gare de cette ville,

Et après ceux de Louvain

Tout cela pour avoir défendus leurs morceaux de pains moisis,
Et dont la lutte a été effacée,
De la mémoire collective,
Ou même leurs souvenirs ce sont évanouis
Sais-tu qu’ils réclament justice pour ce génocide,
Et qu’entendons-nous pour leurs rendre,
Peut-être qu’on les fusilles de nouveaux

Camarades et amis relève le drapeau de tes aïeux,
Rouge de leurs sangs
Reprends le combat, ne les oublie pas, c’est ton devoir de militant

Reprends le combat pour ta dignité et pour la leurs
Viens rejoins-nous, le vent souffle à nouveau et bientôt balaiera, les noirs
Corbeaux

Mets de côté tes coteries mesquines,
Car c’est dans le combat que l’on reconnait ceux qui sont, à nos côtés,
Et ceux qui ne le sont pas.

Les mêmes qui hier massacrais nos gars,
Continue aujourd’hui à le faire avec nos frères étrangers

Rejoins-nous et ensemble nous nettoierons les écuries d’Augias,
Tel qu’Héraclès le fit autrefois
Rejoins-nous pour l’ultime combat
toto

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

turia

Image de turia

Nom : AGRO

Prénom : Salvatore

Naissance : 11/12/1953

Présentation : Textes écrits par la furie de transmettre mes sentiments sur plusieurs sujets, je ne suis pas un poète je m'en ai pas la capacité,ni la formation pour ce faire, mais ces textes sont appréciés...

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS