Poème 'Metropolis' de ATOS

Metropolis

ATOS

Ici comme un Ailleurs
aiguille l’unisson.

Sous un tableau de sable
le marbre sommeille dans un rêve.

Ici comme Ailleurs l’éclat se déchaîne
contre des murs de poussière.

Dans un monde aux paupières cousues
l’imaginaire souterrain ensouffle l’évasion.

Ici comme Ailleurs
à travers ses images verticales
la ville respire à l’intérieur de l’œil.

Ici comme ailleurs
L’amarre des jours tire leur cercueil.
La bande d’un son sillonne la nuque
d’un silence profond.

Ici comme ailleurs
la forme martèle l’absence du sens.
Elle frappe l’oeil.
En voie d’inspiration,
Le vide est un espace d’interrogation.

Ici comme ailleurs
la nuit sans doute,
et sous ses ombres l’homme pointille.
Le cœur boite sous le tonnerre du monde.

Reprendre connaissance de soi
par ici comme un ailleurs
dans le voyage de ses heures
hors de soi relance chaque question.

Nulle part en soi ne peut vivre seule.
Ici comme Ailleurs :
l’horloge du monde se répand à l’unisson.

VII-2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS