Poème 'La passe' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (du bord du chemin)'

La passe

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (du bord du chemin)"

Deux mondes s’abouchent ici. Pour ici monter, quels obstacles ! quelle refoulée des caravanes ! quels gains répétés ! quels espoirs !

M’y voilà, dis-tu ? Souffle. Regarde : à travers l’arche de la Longue-Muraille, toute la Mongolie-aux-herbes déploie son van au bord de l’horizon.

C’est toutes les promesses : la randonnée, la course en plaine, l’ambleur à l’étape infinie, et l’évasement sans bornes, et l’envolée, la dispersion.

o

Tout cela ? Oui. Mais regarde une fois en arrière : l’âpre montée, le rocailleux désir, l’effort allègre et allégeant.

Tu ne le sentiras plus, la Passe franchie. Ceci est vrai.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Segalen fait du vélo
    ----------

    Segalen tente une ascension
    Sur une antique bicyclette ;
    Ce n’est pas le plus fort athlète,
    Mais un grimpeur sans prétention.

    Quelle est ici son intention ?
    Veut-il enrichir sa palette ?
    Amuser une amie follette ?
    Atteindre une autre dimension ?

    Il s’est approché de la passe
    Sans que je ne le rattrapasse ;
    Il descendra l’autre versant.

    Parmi quelques chameaux qui broutent,
    Il suivra cette immense route,
    Disant des poèmes persans.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS