Poème 'Mon cuer, estouppe tes oreilles' de Charles d'ORLEANS dans 'Rondeaux'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Charles d'ORLEANS > Mon cuer, estouppe tes oreilles

Mon cuer, estouppe tes oreilles

Charles d'ORLEANS
Recueil : "Rondeaux"

Mon cuer, estouppe* tes oreilles
Pour le vent de merencolie !
S’il y entre, ne doubte mye,
Il est dangereux a merveilles.

Soit que tu donnes ou tu veilles,
Fais ainsi que dy, je t’en prie ;
Mon cuer, estouppe tes oreilles
Pour le vent de merencolie !

Il cause doleurs nompareilles
Dont s’engendre la maladie
Qui n’est pas de legier guerie.
Croy moy, s’a Raison te conseilles,
Mon cuer, estouppe tes oreilles !

(*) bouche

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Chronoscopie
    -----------------

    J’aime le sablier, cette pure merveille,
    La juste symétrie entre ses deux moitiés
    Ainsi que tous ces grains qui tombent sans pitié.
    (Mais qui est l’inventeur d’une chose pareille ?)

    J’aime le consulter, à l’heure où je m’éveille
    Pour soustraire un instant, peut-être, à mon métier ;
    Et je laisse passer un sablier entier
    Pendant qu’en mon jardin s’activent les abeilles.

    J’ai peu d’activité dans mon humble manoir ;
    Je ne suis pas pressé d’allumer l’écran noir,
    Ni d’apporter du texte à la littérature.

    Je ne suis pas astreint au dur travail des champs,
    Sans aller au bureau, je touche un peu d’argent ;
    Du cercle, ma journée n’est pas la quadrature !

  2. Noir et blanc

    Je n’ai pas toujours fait, dans ma vie, des merveilles,
    Je ne suis fier de moi qu’à peine à moitié,
    Je m’accorde quand même une once de pitié,
    Je n’ai pas toujours eu une pensée pareille.

    Il a fallut longtemps avant qu’elle s’éveille,
    Mais rien est évident, grandir est un métier
    Qui doit nous amener à s’accepter entier,
    Nous sommes bicolores à l’instar des abeilles.

    Mais là où tout est blanc on peut voir tout en noir,
    (Dans ce domaine aussi il arrive de choir !),
    Ainsi j’ai vu mon goût pour la littérature.

    J’ai tenté de la mettre à l’écart de mon champ,
    Autant chercher à faire un aimant en argent,
    Ou alors d’un cercle, trouver la quadrature !

    https://misquette.wordpress.com/2018/05/11/noir-et-blanc/

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS