Poème 'Muse, qui autrefois chantas la verte Olive' de Joachim DU BELLAY dans 'Les Regrets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Muse, qui autrefois chantas la verte Olive

Muse, qui autrefois chantas la verte Olive

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les Regrets"

Muse, qui autrefois chantas la verte Olive,
Empenne tes deux flancs d’une plume nouvelle,
Et te guidant au ciel avecques plus haute aile,
Vole où est d’Apollon la belle plante vive.

Laisse, mon cher souci, la paternelle rive,
Et portant dsormais une charge plus belle,
Adore ce haut nom dont la gloire immortelle
De notre pôle arctique à l’autre pôle arrive.

Loue l’esprit divin, le courage indomptable,
La courtoise douceur, la bonté charitable,
Qui soutient la grandeur et la gloire de France.

Et dis : Cette princesse et si grande et si bonne
Porte dessus son chef de France la couronne :
Mais dis cela si haut, qu’on l’entende à Florence.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Saint Pierre de Lune
    -----------------------

    Pierre, que fit pasteur le fils du charpentier,
    S’en alla découvrir une Terre nouvelle
    Où s’ébattait la mouette aux immobiles ailes,
    La salamandre aussi, qui est diable à moitié.

    Les animaux, voyant surgir cet héritier,
    Sans lui laisser le temps de prêcher sa Nouvelle,
    Lui ont donné un chef de lune sans cervelle,
    Car pour un missionnaire ils n’ont pas de pitié.

    -- Te sens-tu mieux ainsi, empereur sans couronne ?
    Es-tu fier d’arborer la face belle et bonne
    De l’astre qui la nuit se montre à nos carreaux ?

    -- Mes amis, votre action me semble charitable ;
    Cette tête contient mon âme véritable,
    L’apôtre n’est plus là, je suis l’ami Pierrot.

  2. Nef cosmique
    -----------------

    C’est la nef qu’autrefois bâtit un charpentier ;
    Elle doit découvrir une rive nouvelle,
    Sa voile sur les flots se gonfle comme une aile,
    Sa coque se redresse, et s’envole à moitié.

    Elle a pour chef de bord un très riche héritier
    Dont le robuste corps est au confort rebelle ;
    Il sait faire obéir les marins sans cervelle,
    N’éprouvant point, pour eux, d’inutile pitié.

    D’un royaume inconnu, prendra-t-il la couronne,
    Mettra-t-il dans son lit la reine belle et bonne
    Dont il aura jeté l’époux sur le carreau ?

    Non, car ce capitaine est juste et charitable ;
    C’est un brave poète, un penseur véritable,
    Un aimable rêveur, un timide Pierrot.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto