Poème 'Sire, celui qui est a formé toute essence' de Joachim DU BELLAY dans 'Les Regrets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Sire, celui qui est a formé toute essence

Sire, celui qui est a formé toute essence

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les Regrets"

Sire, celui qui est a formé toute essence
De ce qui n’était rien. C’est l’oeuvre du Seigneur :
Aussi tout honneur doit fléchir à son honneur,
Et tout autre pouvoir céder à sa puissance.

On voit beaucoup de rois, qui sont grands d’apparence :
Mais nul, tant soit-il grand, n’aura jamais tant d’heur
De pouvoir à la vôtre égaler sa grandeur :
Car rien n’est après Dieu si grand qu’un roi de France.

Puis donc que Dieu peut tout, et ne se trouve lieu
Lequel ne soit enclos sous le pouvoir de Dieu,
Vous, de qui la grandeur de Dieu seul est enclose,

Elargissez encor sur moi votre pouvoir,
Sur moi, qui ne suis rien : afin de faire voir
Que de rien un grand roi peut faire quelque chose.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. De sable et d’or
    --------------

    En un pays de sable est la solaire essence
    Par quoi le loup d’argent s’est fait Maître et Seigneur ;
    Et tout autre que lui en tirerait honneur,
    Mais ce Sable est désert, et nulle est sa puissance.

    Meubles au pays d’or sont de folle apparence :
    Une écharpe d’hermine, un lézard maraudeur,
    Une foudre d’azur, un mouflon baroudeur,
    Tous de la fantaisie d’un blasonneur de France.

    Serait-ce l’anarchie qui triomphe en ces lieux ?
    Ou, de cet univers étalé sous tes yeux,
    Pouvons-nous établir une chronique brève ?

    Lecteur, la solution se trouve en ton pouvoir :
    De n’y mettre aucun sens, ou de tâcher d’y voir
    Le Paradis, l’Enfer ou l’endroit de tes rêves.

  2. Dominus Lupus
    ------------

    Son vaste territoire est en déliquescence,
    Car ce loup vieillissant n’est qu’un faible seigneur ;
    Il se souvient d’avoir connu des jours meilleurs,
    Lui est de très noble et d’auguste naissance.

    Il ne prend même plus soin de son apparence,
    « Tout le monde s’en fout », dit-il avec candeur ;
    De royaux ornements il n’est plus demandeur,
    Vis-à-vis de lui-même il est en déshérence.

    Mais moi je l’aime bien, le seigneur de ces lieux,
    Car il n’a rien perdu de sa grâce à mes yeux ;
    Puis, toujours il nous sort ses amusantes brèves.

    Qu’importe la splendeur, qu’importe le pouvoir,
    Sirènes du triomphe, allez vous faire voir ;
    Nous en eûmes assez, tout cela n’est qu’un rêve.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS