Poème 'Myrtil et Palémone' de Albert SAMAIN dans 'Aux flancs du vase'

Myrtil et Palémone

Albert SAMAIN
Recueil : "Aux flancs du vase"

Myrtil et Palémone, enfants chers aux bergers,
Se poursuivent dans l’herbe épaisse des vergers,
Et font fuir devant eux, en de bruyantes joies,
La file solennelle et stupide des oies.
Or Myrtil a vaincu Palémone en ses jeux ;
Comme il l’étreint, rieuse, entre ses bras fougueux,
Il frémit de sentir, sous les toiles légères;
Palpiter tout à coup des formes étrangères ;
Et la double rondeur naissante des seins nus
Jaillit comme un beau fruit sous ses doigts ingénus.
Le jeu cesse… Un mystère en son cœur vient d’éclore,
Et, grave, il les caresse et les caresse encore.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS