Poème 'Naples' de Renée VIVIEN dans 'La Vénus des aveugles'

Naples

Renée VIVIEN
Recueil : "La Vénus des aveugles"

Le temple abandonné de la Vénus latine
Se recule et s’estompe à travers les embruns,
Et le déroulement rituel des parfums
Ne tourbillonne plus vers l’Image Divine.

Les roses, sur le marbre enfiévré par leur sang,
N’ont plus leur rouge ardeur de rire et de rapine :
Le souffle violent de la Vénus latine
Ne traversera plus les soirs en frémissant.

Par les fentes d’azur de ces mur en ruine,
Je contemple les prés, le soleil et la mer.
Les algues ont rempli de leur idole amer
Le temple abandonné de la Vénus latine.

Les patientes mains du soir ont lamé d’or
Les bleus italiens de la chaude colline,
Où, délaissant l’autel de la Vénus latine,
Les mouettes ont pris leur lumineux essor.

De ses yeux éternels, la Déesse illumine,
Comme autrefois, la terre et l’infini des flots.
La mer salue encore de chants et de sanglots
Le temple abandonné de la Vénus latine.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS