Poème 'Ne crains ni ne redoute' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Ne crains ni ne redoute

Ne crains ni ne redoute

ATOS

Ne crains ni ne redoute!

Le parc est en soupir.
Son haleine recouvre le pré.
La lune goûte la pièce noire.
Les chiens suivent le sentier.
En cet été ces terres vous ressemblent.
Ma dame, vous dormez.
Seul, je veille un peu,
Encore.

Demain m’ordonne le partir,
Il me faut rendre l’azur à notre maison
Pour que vive notre blason.
Je vais en guerre ma dame…
Moi qui ne songeais qu’à vous aimer,
Je dois rejoindre l’armée de notre roi.
Vous confierai je ma dame
Que le vieux Jean mérite mon envie?
Il portera son regard
Là où mes gestes ne seront pas.
Il prendra soin de vous et de nos bois.
Nos terres sont lourdes de mille grains.
De septembre prenez la peine,
Cela convient à nos gens et au bon vin.

Ne crains ni ne redoute!

Ma vie vaut bien une devise,
Mais dans vos bras, ma femme
J’aimais livrer d’autres combats.
Qui serai je si loin de vous?
L’Estrée vaut elle mon épée?
Que je trousse les plaines,
Que je répande une colère
à laquelle, la veille,
J’étais encore étranger?
Ma dame vous dormez.
Votre émoi inquiéterait mes pensées.

Ma fière armure vous donnera la promesse du retour.
Votre époux emportera le serment de votre amour.

Le seigneur pourrait il survivre à la mort du maître?
Je défends bien plus qu’une naissance,
Cette flamme guidera le destin de notre lignée.
Ainsi peut être trouverai je la force de vous quitter.

Le parc respire le jour qui se dévêt.
Les chiens jappent au foyer.
La brume des près a le goût du pain frais.
Je vous devine, ma dame, éveillée.
Il me tarde de vous aimer.

Ne crains ni ne redoute!

Il nous aura été donné, ma femme, un très bel été.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS