Poème 'Noces de diamant' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

Noces de diamant

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

À M et Mme C. P***

O mes chers vieux amis, à l’époque trop brève,
Et pour moi disparue, hélas ! depuis longtemps,
Où l’on voit devant soi l’avenir qui se lève
Comme un soleil joyeux sur l’azur du printemps ;

Quand j’étais jeune, enfin, j’avais fait ce doux rêve
D’une existence entière ― oui, de tous les instants ―
Aube sans lendemain qui commence et s’achève
Dans la naïveté des amours de vingt ans.

Je ne réclame point. La vie est bonne mère :
Elle mit sur ma route, en brisant ma chimère,
Une assez large part de bonheur en retour ;

Mais sans trouver en rien la destinée injuste,
Je salue, attendri, votre vieillesse auguste
Qui sut réaliser mon beau rêve d’un jour !

(1890)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS