Poème 'Ô ma belle rebelle' de Jean-Antoine de BAÏF dans 'Amours de Francine'

Ô ma belle rebelle

Jean-Antoine de BAÏF
Recueil : "Amours de Francine"

Ô ma belle rebelle,
Las, que tu m’es cruelle !
Ou quand d’un doux souris,
Larron de mes espris,
Ou quand d’une parolle
Mignardetement molle,
Ou quand d’un regard d’yeux
Fierement gracieux,
Ou quand d’un petit geste
Tout divin, tout celeste,
En amoureuse ardeur
Tu plonges tout mon coeur.
O ma belle rebelle,
Las, que tu m’es cruelle !
Quand la cuisante ardeur,
Qui me brusle le coeur,
Fait que je te demande
A sa bruslure grande
Un rafraichissement
D’un baiser seulement.
O ma belle rebelle
Las, que tu m’es cruelle !
Quand d’un petit baiser
Tu ne veux m’apaiser,
Mais par tes fines ruses
Tousjours tu m’en refuses,
Au lieu d’allegement
Acroissant mon tourment.

Me puissé-je un jour, dure,
Vanger de ton injure :
Mon petit maistre Amour
Te puisse outrer un jour,
Et pour moy langoureuse
Il te face amoureuse,
Comme il m’a langoureux
Pour toy fait amoureux.
Alors par ma vangeance
Tu auras conoissance
Quel mal fait du baiser
Un amant refuser.
Et si je te le donne,
Ma farouche mignonne,
Quand plus fort le desir
S’en viendroit te saisir,
Lors, après ma vangeance,
Tu auras conoissance
Quel bien c’est, du baiser
L’amant ne refuser.

Poème préféré des membres

gerarddebrennel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean-Antoine de BAÏF

Portait de Jean-Antoine de BAÏF

Jean-Antoine de Baïf, né à Venise le 19 février 1532, de mère inconnue, et mort à Paris le 19 septembre 1589, est un poète français. Fils de Lazare de Baïf, Jean-Antoine de Baïf, ami de Pierre de Ronsard et membre de la Pléiade, se distingue comme le principal artisan de l’introduction, en France, d’une... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto