Poème 'La Rose' de Jean-Antoine de BAÏF dans 'Les Passe-temps'

La Rose

Jean-Antoine de BAÏF
Recueil : "Les Passe-temps"

Durant cette saison belle
Du renouveau gracieux,
Lorsque tout se renouvelle
Plein d’amour delicieux,
Ny par la peinte prérie,
Ny sus la haye fleurie,
Ny dans le plus beau jardin,
Je ne voy fleur si exquise
Que plus qu’elle je ne prise
La rose au parfum divin.

Mais la blanche ne m’agrée,
Blême de morte paleur,
Ny la rouge colorée
D’une sanglante couleur :
L’une de blémeur malade
Et l’autre de senteur fade,
Ne plet au nés ny à l’oeil.
Toutes les autres surpasse
Celle qui vive compasse
De ces deux un teint vermeil.

La rose incarnate est celle
Où je pren plus de plaisir :
Mais combien qu’elle soit telle
Si la veu-je bien choisir.
Car l’une prise en une heure,
Et l’autre en l’autre est meilleure
Au chois de nostre raison.
Toute chose naist, define,
Tantôt croist et puis decline
Selon sa propre saison.

Je ne forceray la rose
Qui cache, dans le giron
D’un bouton etroit enclose,
La beauté de son fleuron.
Quelque impatient la cueille
Devant que la fleur vermeille
Montre son tresor ouvert ;
Mon desir ne me transporte
Si fort que celle j’emporte
Qui ne sent rien que le verd.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean-Antoine de BAÏF

Portait de Jean-Antoine de BAÏF

Jean-Antoine de Baïf, né à Venise le 19 février 1532, de mère inconnue, et mort à Paris le 19 septembre 1589, est un poète français. Fils de Lazare de Baïf, Jean-Antoine de Baïf, ami de Pierre de Ronsard et membre de la Pléiade, se distingue comme le principal artisan de l’introduction, en France, d’une... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto