Poème 'A Meline' de Jean-Antoine de BAÏF dans 'Amours de Méline'

A Meline

Jean-Antoine de BAÏF
Recueil : "Amours de Méline"

Mais à qui mieux pourroy-je presenter
Ces petits chants, qu’à toy, douce Meline,
Mon Eraton, qui la fureur divine
Souflas en moy, qui me les fit chanter ?

Tu m’i verras une foix enchanter
De ta rigueur le souci qui me mine
Une autre fois en ta douceur benine
Tu me verras gayement contenter.

Icy lisant, l’amour qui me tourmente,
Tu pourras dire : ah, par si long espace
Je ne devoys telle ardeur abuser :

Relisant là, tes faveurs, que je chante
Eternisant les honneurs de ta face,
Tu ne pourras, comme ingrat, m’accuser.

Poème préféré des membres

kelmorabethi94 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Petits rois barbus
    ----------------------

    Quels charmants rois ! Faut-il les présenter ?
    À voir leur barbe, un visiteur devine
    Qu'ils sont nourris de sagesse divine
    Et que le barde a droit de les chanter.

    Se partageant un royaume enchanté,
    Ces deux larrons font toujours bonne mine ;
    Quant aux malheurs, oncques ne les ruminent,
    Mais du présent savent se contenter.

    Jamais amour charnel ne les tracasse ;
    Leurs songeries se perdent dans l'espace,
    Mythes jamais ne les ont abusés.

    Se reposant, ces quelques vers ils chantent,
    Mais ils n'y voient nulle attention touchante ;
    De romantisme, ils ne sont accusés.

  2. Exercice étonnant que ces reprises
    Assurément de la haute voltige
    Chaque jour de magnifiques surprises
    Habileté qui donne le vertige

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS