Poème 'Quand le pilot voit le nord luire ès cieux' de Jean-Antoine de BAÏF dans 'Amours de Méline'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean-Antoine de BAÏF > Quand le pilot voit le nord luire ès cieux

Quand le pilot voit le nord luire ès cieux

Jean-Antoine de BAÏF
Recueil : "Amours de Méline"

Quand le pilot voit le nord luire ès cieux,
La calme mer ronfler sous la carène,
Un doux zéphyr soufrer la voile pleine,
Il vogue, enflant son coeur audacieux.

Le même aussi, quand le ciel pluvieux
Des vents félons meut l’orageuse haleine,
Qui bat les flancs de sa nef incertaine,
Humble, tapit sous la merci des dieux.

Amour ainsi d’une assurance fière
Haussa mon coeur, tandis que la lumière
De tes doux yeux me pouvait éclairer ;

Las ! aujourd’hui que je te perds de vue
Quelle âme vit d’amour plus éperdue
Quand fors la mort ne puis rien espérer ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Apôtre volant
    ----------

    Ce messager qui traverse les cieux
    Porte en son coeur la Vierge Souveraine ;
    Son clair discours donne à l’espèce humaine
    Le vrai chemin pour s’approcher de Dieu.

    Il vagabonde, il est sans feu ni lieu,
    Mais il n’est point de ceux qui se promènent ;
    Avec méthode il parcourt les domaines
    De mille rois pour qu’ils se guident mieux.

    Quand tous les morts quitteront leurs tombeaux,
    De la sagesse il tiendra le flambeau ;
    Rien ne pourront les diablesses cornues.

    S’il vient te voir et te dit quelques mots
    Tels qu’il en dit à tous les animaux,
    Que la leçon soit par toi retenue.

  2. Proverbe apocryphe
    --------

    Emplumé qui prophétise,
    Le sombre vautour le tise.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS