Poème 'Objection' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Objection

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

La rousse Pulchérie ayant quitté la ville,
Errait folâtrement dans les bois de Chaville,
Très pimpante, avec un de ses plus chers amants.
Et tous deux ils marchaient près des ruisseaux dormants
Et foulant sous leurs pieds le brun velours des mousses,
Causaient, car il faut bien dire les choses douces
Que l’on sait, pour payer à l’amour son impôt.
Mais voici qu’une bête effroyable, un crapaud
Cheminait lentement vers le couple superbe.
Dans sa triste laideur il émergea de l’herbe
Et s’avançant par sauts absurdes et par bonds,
Il se trouva tout près de ces deux vagabonds.
Eux cependant parlaient, et disaient les bêtises
Que les Parisiens enseignent aux cytises,
Le Cantique du Lieu Commun, l’Intermezzo
Ridicule, qui fait fuir le petit oiseau
Et dont les bourgeois, plus entêtés que des mules,
Dans les romans du jour apprennent les formules.
Surtout l’amant vainqueur, en vrai jeune premier,
Trouvait du premier coup la perle en ce fumier,
Et comme un coq, tout fier de sa riche peinture,
Récitait les petits journaux à la nature.
Car, ô don Juan! tu n’es souvent que le nommé
Jocrisse, dans l’orgueil du satin parfumé,
Et c’est pour obtenir ce nom que tu postules.
Donc le crapaud visqueux, mou, couvert de pustules,
S’avançait comme un être ignoble et châtié.
La dame, en le voyant, fut prise de pitié.
Oh! dit-elle, vois donc l’étrangeté des choses!
Le Sort injuste a fait les serpents et les roses.
Ce crapaud flasque semble ici-bas en exil;
Ébauche informe, il est affreux, sinistre, vil;
C’est en sautant, comme un baladin, qu’il chemine;
Pour toute nourriture il mange la vermine;
On sent qu’il a commis je ne sais quels forfaits
Dont il garde l’horreur dans ses yeux stupéfaits.
Il est le monstre impie, à la grâce rebelle,
Vois donc! et moi, mon cher trésor, je suis si belle!
Et Pulchérie alors montrait ses cheveux roux
Que le fauve soleil baise, non sans courroux,
Sa bouche en fleur, toujours convulsée et tordue
Par quelque haine au fond de l’âme répandue,
Son cou mordu par les baisers, ses yeux pervers
Où roule un sable d’or frissonnant, ses yeux verts,
Son visage de Nymphe heureuse, où tous les vices
Ont traîné leur caresse et laissé leurs sévices.
Elle disait: Je suis si belle, cher amant!
Elle parlait ainsi voluptueusement
Et s’enivrait du son de sa voix imbécile,
Comme, dans la campagne, un pâtre de Sicile
Se réjouit du miel suave de l’Hybla.
Mais alors le crapaud mystérieux sembla
Dire, en levant les yeux vers sa fine chaussure
Et vers ses bas pourprés: Si belle! En es-tu sûre?

Jeudi, 17 mars 1887.

Poème préféré des membres

rocteur a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto