Poème 'Papier journal' de ATOS

Papier journal

ATOS

Papier JournalUn matin je suis partie
J’ai tout laissé
Je n’avais rien
Je suis partie
J’ai tout quitté
Je ne reviendrai jamais
Je n’ai pas décidé
C’était çà ou bien rester
C’était ma dernière chance
Ma première échappée
Et à ne rien prendre,
J’emporte mes plaies
Bien obligée
J’emporte ce que l’on ne m’a pas donné
Ça fait pas lourd.
C’est tout léger
Mais moi, j’ai tout laissé
Une ombre quand ça s’efface
Ça ne laisse aucune trace.
C’est toujours minuit pour celui qui part.
C’est toujours en pleine nuit qu’on quitte le bar.
Un matin je suis partie
J’ai rien dit et rien écrit
Je n’avais que mon cœur enveloppé dans une feuille de journal
Je n’avais rien emporté
On prend soin de son passé quand on sait qu’il peut vous réchauffer
C’était en dedans, c’était pas normal
C’était froissé, c’était glacé.
Tes souvenirs tu les respires
Moi mon passé il m’étouffait.
Alors, un matin
Je suis partie,
Mon cœur dans du papier journal
Et ma carcasse déglinguée.
Je n’ai rien pris
J’ai tout laissé
Trop léger pour oublier.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS