Poème 'Écho' de Raymond RADIGUET dans 'Les Joues en feu'

Écho

Raymond RADIGUET
Recueil : "Les Joues en feu"

Petite niaise ! qui, pour me plaire, se fait fine taille : sa ceinture pourrait être ma couronne. Ville, statue géante, avec, en guise de ceinture, un chemin de fer. Villas abandonnées, instruments de musique qu’on n’a pas baptisés. Gai comme la romance d’un arbre en exil, le vent du Sud émeut les clochettes que le hasard accrocha au cou des beautés déchues.

Banlieue criminelle ; ici, les roses sont des lanternes sourdes. À quoi pensez-vous ? Quand il mourut, Narcisse avait mon âge. Lac, miroir concave ; pour mon anniversaire le lac m’a fait cadeau d’une image qui m’épouvante.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS