Poème 'Parapluies et canotiers' de dutaillyphilippe

Parapluies et canotiers

dutaillyphilippe

L’allure cérémonieuse, le pas lent, cadencé,
ils marchent, endimanchés de noir,
sur le pavé humide de la rue Beaumarchais.
La larme de circonstance au creux de la paupière,
la mine désespérée des grands jours de silence
ils suivent le cortège protocolaire
vers la dernière demeure de leur ami défunt.
Le ciel gris étale son grand voile brumeux.
Lui aussi avait rendez-vous en ce jour funèbre.
Une pluie fine et luisante arrose le corbillard
fleuri de toute part aux couleurs mortuaires.

Madame est là !

La face cachée d’un foulard de soie noire
comme pour mieux s’isoler des personnes qui l’entourent.
Elle signe, de la tête, leurs présences polies
mais ne les distingue pas dans son chagrin profond
car eux ne le connaissaient que par “ bonjour, bonsoir ”
car eux ne savaient pas !!!
Alors, madame se saoule de son précieux passé.
Leurs années de jeunesse et leur premier bébé
et lui si beau, si parfait dans l’amour,
faisant, de son sourire, le soleil du jour.
Ses baisers enjôleurs qui la faisaient frémir
de frissons exaltés qu’on ne peut définir.

Madame pleure…….

Sa vie se désagrège à l’infini.
L’homme qu’elle chérissait part en terre aujourd’hui.

Des cris de joie s’élèvent d’une maison voisine.
Un couple s’y unit et embrasse le sort.
Le jeune homme est beau et la fille radieuse,
dans sa robe immaculée, couleur de pureté.
Ils se caressent du regard et attendent le soir
où s’ouvriront, pour eux, les portes enchantées
D’un amour partagé………..
Les invités plaisantent et rient avec éclats
et chacun d’eux commente en des propos flatteurs :
“ mon dieu, comme ils sont beaux !
mon dieu, quelle élégance !”
et le couple s’enlace tout près de la fenêtre
comme pour montrer aux gens
la flamme de leur amour naissant.

Mais la rue est grise, pâle, silencieuse
et les spectateurs de leur fougue amoureuse
marchent, endimanchés de noir,
sur le pavé humide de la rue Beaumarchais.

02 01 1976

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS