Poème 'Pardon' de ATOS

Pardon

ATOS

Lorsque le chas de ma bouche plongeait dans la poudre de tes yeux,
et que le grenat de tes lèvres s’ourlait lentement de muettes concrètes,
Il m’est venu l’ivresse fauve et redoutable de l’épice d’un parfum aux supplices délicieux.

Traversant tes espaces, je formulais un rêve imprononçable dans l’empreinte sacrée de ces lieux.

Odieux caprices qui s’en sommeillent…
en toi se projettent tant de feux… et tout le tonnerre des cieux !

Sache que si mes yeux ne savaient rien retenir de ta bouche
c’est que ces mains se voulaient sourdes au jour malheureux.

Pardonne à l’aveugle qui touche le soleil.
S’il croit si fort et, sans doute, c’est qu’il sait qu’il imagine toujours ce que d’autres voient.

Pardonne moi si tu le peux,
Pardonne moi d’avoir tellement prié en toi.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS