Poème 'Personne pâle' de Louis ARAGON dans 'Feu de joie'

Personne pâle

Louis ARAGON
Recueil : "Feu de joie"

Malheureux comme les pierres
triste au possible
l’homme maigre
le pupitre à musique aurait voulu périr
Quel froid Le vent me perce à l’endroit
des feuilles
des oreilles mortes
Seul comment battre la semelle
Sur quel pied danser toute la semaine
Le silence à n’en plus finir
Pour tromper l’hiver jamais un mot tendre
L’ombre de l’âme de l’ami L’écriture
Rien que l’adresse
Mon sang ne ferait qu’un tour
Les sons se perdent dans l’espace
comme des doigts gelés
Plus rien
qu’un patin abandonné sur la glace
Le quidam
On voit le jour au travers

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS