Poème 'Pierre fendre' de Louis ARAGON dans 'Feu de joie'

Pierre fendre

Louis ARAGON
Recueil : "Feu de joie"

Jours d’hiver Copeaux
Mon ami les yeux rouges
Suit l’enterrement Glace
Je suis jaloux du mort

Les gens tombent comme des mouches
On me dit tout bas que j’ai tort
Soleil bleu Lèvres gercées Peur
Je parcours les rues sans penser à mal
avec l’image du poète et l’ombre du trappeur

On m’offre des fêtes
des oranges
Mes dents Frissons Fièvre Idée fixe
Tous les braseros à la foire à la ferraille
Il ne me reste plus qu’à mourir de froid
en public

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS