Poème 'Que serais-je sans toi ?' de Louis ARAGON dans 'Le Roman inachevé'

Que serais-je sans toi ?

Louis ARAGON
Recueil : "Le Roman inachevé"

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J’ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Qu’il fait jour à midi, qu’un ciel peut être bleu
Que le bonheur n’est pas un quinquet de taverne
Tu m’as pris par la main dans cet enfer moderne
Où l’homme ne sait plus ce que c’est qu’être deux
Tu m’as pris par la main comme un amant heureux.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
N’est-ce pas un sanglot que la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues.
Terre, terre, voici ses rades inconnues.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

Poème préféré des membres

Commentaires

  1. tellement mimi

  2. peut être "mimi" mais surement l'un des plus beaux poèmes d'amour pour toutes les générations !!!!!

  3. jadooooore

  4. Ce poème est sublime, très beau, d'un génie assez rare : Simplicité et merveille dans un même travail.

  5. Que dire de plus ? une merveille

  6. Ce texte n'est pas un poème d'Aragon !
    C'est seulement le texte d'une chanson de Jean Ferrat constitué à partir de la "Prose du bonheur et d'Elsa", un long poème qui clos le 'Roman inachevé'. Ferrat en a pioché 2 des nombreuses strophes et a utilisé 4 vers (dans le désordre !) d'une autre pour faire un refrain. Voilà cette strophe :

    J'étais celui qui sait seulement être contre
    Celui qui sur le noir parie à tout moment
    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
    Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement

  7. "qui clôt", pardon...

    En voilà une version à peu près correcte et complète, je pense : http://neverlandsticket.blogspot.fr/2011/10/aragon-le-roman-inacheve.html

  8. Merveille <3

  9. Ne manque-t-il pas la première strophe ? "j'etais celui qui sait seulement être contre..."

Trackbacks
  1. Ces livres qui ont (presque) changé ma vie – Plume de Pan !

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS