Poème 'Pur Jeudi' de Louis ARAGON dans 'Feu de joie'

Pur Jeudi

Louis ARAGON
Recueil : "Feu de joie"

Rues, campagnes, où courais-je ? Les glaces me chassaient aux tournants vers d’autres mares.
Les boulevards verts ! Jadis, j’admirais sans baisser les paupières, mais le soleil n’est plus un hortensia.
La victoria joue au char symbolique : Flore et cette fille aux lèvres pâles. Trop de luxe pour une prairie sans prétention : aux pavois, les drapeaux ! toutes les amantes seront aux fenêtres. En mon honneur ? Vous vous trompez.
Le jour me pénètre. Que me veulent les miroirs blancs et ces femmes croisées ? Mensonge ou jeu ? Mon sang n’a pas cette couleur.
Sur le bitume flambant de Mars, ô perce-neiges ! tout le monde a compris mon cœur.
J’ai eu honte, j’ai eu honte, oh !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS