Poème 'Pièce à grand Spectacle' de Louis ARAGON dans 'Feu de joie'

Pièce à grand Spectacle

Louis ARAGON
Recueil : "Feu de joie"

L’ami sans cœur ou le théâtre
Adieu
Celui qui est trop gai
c’est-à-dire trop rouge
pour vivre loin du feu des rampes
De la salle
ficelles pendantes
Des coulisses
on ne voit qu’un nuage doré
machine volante
Le Régisseur croyait à l’amour d’André
Les          trois                coups
L’oiseau        s’envole
On avait oublié de planter le décor
Tintamarre
Le pantin verse des larmes de bois
Pour Prendre Congé

LOUIS ARAGON *

*Il revient saluer.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS