Poème 'Pfeil' de ATOS

Pfeil

ATOS

Par chemins en flammes , j’entends,
cierges en bois priant novembre de nous tomber dans les bras.
A la couleur de ses trembles je sais que la foret marche à grand froid.
Silence dans l’âtre…
la braise médite quelque fois.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS