Poème 'Première messe' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'La Légende d'un peuple'

Première messe

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "La Légende d'un peuple"

Voici du Saguenay la gorge énorme et sombre !

Notre steamer, au fond d’une anse pleine d’ombre
Dormait tout essoufflé comme un grand cachalot.
Nous avions pris pour guide un jeune matelot
Qui, nous avait-on dit, connaissait bien la côte.
Nous gravîmes d’abord une berge assez haute ;
Puis un sentier, perdu sous les arceaux géants
De vieux ormes penchés sur des ravins béants
Au fond desquels grondaient d’invisibles cascades,
De détour en détours et d’arcade en arcades,

Nous conduisit au bord d’un plateau rétréci,
Où le guide fit halte, et nous dit : — C’est ici !

Nous étions parvenus sur un coin de falaise,
Angle de roc saillant d’où l’on pouvait à l’aise
Contempler dans sa fière et rude majesté
Du morne Tadoussac l’horizon tourmenté.

De ces hauteurs, au sein de cette nuit tombante,
L’ombre était solennelle et la scène absorbante.
Ici, le Saint-Laurent qu’on entend bourdonner
Vaguement, et qui laisse à peine deviner
Ses lointains vaporeux noyés dans les ténèbres ;
Là, le Saguenay noir, avec ses pics célèbres
Qui, jetant des flots d’ombre opaque aux alentours,
Semblent comme un amas de fabuleuses tours
Pleines de je ne sais quel farouche mystère,
Dressé là pour garder la fantastique artère.

A nos pieds le steamer bondé de voyageurs,
Hissant de ses fanaux les sanglantes rougeurs,
Ainsi que des reflets de brûlante oriflamme,
Dans la pénombre, au loin, fait brasiller la lame.
Et puis, par-dessus tout, un beau ciel étoilé
Faisant, cintre d’azur de points d’or constellé,
Comme un dôme féerique à ce sombre estuaire…

Derrière nous, dans l’ombre, un petit sanctuaire,
Temple paroissial de cet obscur canton,
Ouvrait son humble seuil au lieu même où, dit-on,
Quatre siècles passés, sur un autel rustique,
Pendant que le refrain de quelque vieux cantique
Étonnait les échos de ces monts inconnus,
Devant Cartier et ses bardis marins, venus
Pour arracher ces bords aux primitifs servages,
Pour la première fois sur ces fauves rivages,
Un vieux prêtre breton, humble médiateur,
Offrit au Dieu vivant le sang du Rédempteur.

La lune me surprit là, plongé dans mes rêves,
Seul, et prêtant l’oreille à la chanson des grèves,
Qui m’arrivait mêlée aux cent bruits indistincts
De la forêt voisine et des grands monts lointains ;
Car, après un coup d’œil, devant la nuit croissante,
Mes compagnons avaient tous repris la descente,
Sans jouir plus longtemps du nocturne concert ;
Et j’étais resté seul sur le plateau désert.

Alors de souvenirs quelles vagues pressées
Envahirent soudain mon âme et mes pensées !
O sainte majesté des choses d’autrefois,
Vous qui savez si bien, pour répondre à ma voix,
Peupler de visions ma mémoire rebelle,
Que vous fûtes pour moi, ce soir-là, grande et belle !

Je vous revis, là, tous ensemble agenouillés,
Rudes marins bretons, dans vos cabans souillés

Et raidis sous l’embrun des mers tempétueuses,
Au milieu de ce cirque aux croupes montueuses,
Au fond de ce désert, loin du monde connu,
Offrant à l’Éternel, tête basse et front nu,
Sur le seuil redouté d’un monde ouvrant ses portes
L’holocauste divin qui fait les âmes fortes.

Entre l’homme et le ciel sublime effusion !
C’était l’enfantement, c’était l’éclosion,
Sur ces rives par Dieu lui-même fécondées,
D’un nouvel univers aux nouvelles idées ;
C’était l’éclair d’en haut perçant l’obscurité ;
C’était l’esprit chrétien, l’esprit de liberté,
Ouvrant, sur cette terre entre toutes choisie,
L’aile de la prière et de la poésie !

Et quand, le cœur ému, rêvant et méditant,
J’évoquais ce passé si loin de nous pourtant,
Je croyais voir ce prêtre, en élevant l’hostie,
Des conflits d’autrefois proclamer l’amnistie.

Je croyais voir aussi, du fond das bois épais,
Labarum bienfaisant de concorde et de paix,
Comme une grande main fraternelle se tendre…
Et, dans l’ombre du soir, il me semblait entendre
Une voix qui disait, venant on ne sait d’où :

— Devant moi seul ici l’on pliera le genou !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Tripodes arctiques
    ---------------------

    La moitié de l'année les voit sous des cieux sombres,
    Et, pendant cet hiver, leurs yeux luisent dans l'ombre ;
    Si, sur le littoral, s'échoue un cachalot,
    Ces tripodes gloutons surviennent au galop.

    Ils mangent à leur faim, puis ils longent la côte,
    Ils y mouillent leurs pieds lorsque la mer est haute ;
    Nous aimons contempler ces animaux géants
    Qui sourient, semble-t-il, de leurs mufles béants.

    Ils errent par les monts, dévalant les cascades,
    Traversant les glaçons qui forment des arcades,
    Puis, assis au milieu d'un plateau rétréci,
    Disent : « Le plus charmant des jardins, c'est ici ! »

Rédiger un commentaire

Louis-Honoré FRÉCHETTE

Portait de Louis-Honoré FRÉCHETTE

Louis-Honoré Fréchette (16 novembre 1839 – 31 mai 1908), poète, dramaturge, écrivain et homme politique, est né à St-Joseph-de-la-Pointe-Lévy (Lévis), Québec, Canada. Bien que son père, entrepreneur, soit analphabète, il étudie sous la tutelle des Frères des écoles chrétiennes. De 1854 à 1860, il fait ses études... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS