Poème 'Pyrénées' de René CHAR dans 'Commune présence'

Pyrénées

René CHAR
Recueil : "Commune présence"

Montagne des grands abusés,
Au sommet de vos tours fiévreuses
Faiblit la dernière clarté.
Rien que le vide et l’avalanche,
La détresse et le regret!
Tous ces troubadours mal-aimés
Ont vu blanchir dans un été
Leur doux royaume pessimiste.
Ah! la neige est inexorable
Qui aime qu’on souffre à ses pieds,
Qui veut que l’on meure glacé
Quand on a vécu dans les sables.

Poème préféré des membres

deleage a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. cette poésie est magnifique

  2. Suivre les chemins de montagnes
    Avec les enfants de Mandrin,
    Quand le désir d'être seul gagne
    Le passant des bords méandrins.
    À la bergère offre un poème
    Pour qu'elle sache que tu l'aimes.
    Si tu la prends pour souveraine,
    Elle versera du vin frais;
    Tu n'auras plus d'autre intérêt
    Que boire dans la nuit sereine.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS