Poème 'La liberté' de René CHAR dans 'Seuls demeurent'

La liberté

René CHAR
Recueil : "Seuls demeurent"

Elle est venue par cette ligne blanche pouvant tout aussi bien signifier l’issue de l’aube que le bougeoir du crépuscule.
Elle passa les grèves machinales;
Elle passa les cimes éventrées.
Prenaient fin la renonciation à visage de lâche , la sainteté du mensonge , l’alcool du bourreau.
Son verbe ne fut pas un aveugle bélier mais la toile où s’inscrivit mon souffle.
D’un pas à ne se mal guider que derrière l’absence, elle est venue , cygne sur la blessure par cette ligne blanche.

Poème préféré des membres

VVAL, deleage et Oyuna ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. La liberté advient par une ligne blanche
    Qui marque les confins du jour et de la nuit ;

    Elle passe la rive et la lisière franche,
    Puis franchit le sommet que même l'aigle fuit.

    Le lâche perd sa voix, le menteur son prestige,
    Le bourreau va mourir en un dédale noir.

    Près de la ligne blanche, une fleur sur sa tige
    Danse pour annoncer la venue du grand soir.

Rédiger un commentaire

René CHAR

Portait de René CHAR

René Char est un poète et résistant français né le 14 juin 1907 à L’Isle-sur-la-Sorgue et décédé à Paris le 19 février 1988. René Émile Char, né en 1907, est le cadet des quatre enfants issus des secondes noces d’Émile Char et de Marie-Thérèse Rouget, sœur de sa première épouse, Julia Rouget, décédée en... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto