Poème 'Redoublement' de René CHAR

Redoublement

René CHAR

Sur la médiane du soir, le branle intermittent, le môle éclairé d’une darse, et son refus de sommeil.
Le visage de la mort et les paroles de l’amour : la couche d’une plage sans fin avec des vagues y précipitant des galets – sans fin. Et la pluie apeurée faisant pont, pour ne pas apaiser.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Oiseaux-plantigrades
    ---------------------------

    Le sommeil me surprend, apportant la vision
    D'oiseaux qui, pour danser, ont des pieds d'ours polaires ;
    Un monarque leur dit des mots protocolaires
    Sur le côté sacré de leur indivision.

    Que représentez-vous, grands oiseaux magiciens ?
    La folie de l'été dans ses rumeurs d'orage ?
    La grandeur du rhapsode au fabuleux courage ?
    Rien, peut -être, le goût perdu des jours anciens.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS