Poème 'Affres, détonations, silence' de René CHAR dans 'Fureur et mystère'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de René CHAR > Affres, détonations, silence

Affres, détonations, silence

René CHAR
Recueil : "Fureur et mystère"

Le moulin de Cavalon. Deux années durant, une ferme de cigales, un château de martinets. Ici tout parlait torrent, tantôt par le rire, tantôt par les poings de la jeunesse. Aujourd’hui le vieux réfractaire faiblit au milieu de ses pierres , la plupart mortes de gel, de solitude et de chaleur. A leur tour, les présages se sont assoupis dans le silence des fleurs.
Roger bernard : l’horizon des monstres était trop proche de sa terre.
Ne cherchez pas dans la montagne; mais si, à quelques kilomètres de là, dans les gorges d’Oppedette, vous rencontrez la foudre au visage d’écolier, allez à elle, oh, allez à elle et souriez-lui car elle doit avoir faim, faim d’amitié.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Je l'ai retrouvé ce texte qui a fait rire toute la classe,
    Ma mère n'est pas française,
    Alors parfois les mots je les invente
    c'est pas d'ma faute :(
    ou parfois
    je les mélange
    La prof me demande de lire à haute voix,
    et j'ai prononcé
    '' le fouttre au visage de l'écolier''
    Y a eu comme un grand silence qui planait
    et puis une cascade d'éclats de rire,
    Moi j'étais rouge,
    La prof aussi,
    Pas pour les mêmes raisons,
    je pense !

  2. Nef de Benjamin Franklin
    -----------

    Que le tonnerre gronde et que la foudre tombe,
    Nous ne le craindrons plus, l’inventeur en répond ;
    Un magique appareil, installé sur le pont,
    Capte les électrons qui surgissent en trombes.

    Le ciel est menaçant, les cumulus le plombent,
    Un sombre vent rugit, mais nous nous en moquons ;
    Notre ami le savant, de son esprit fécond,
    Pourrait nous protéger, même contre une bombe.

    Neptune ne prend pas cela pour un affront,
    Il nous lance un message, et nous le déchiffrons,
    Il dit que Benjamin ne peut lui faire d’ombre.

    Lorsque le ciel s’apaise et redevient d’azur,
    Ben délaisse un moment les courbes et les nombres,
    Il récite un poème, et sourit dans l’air pur.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS