Poème 'Qui voudrait figurer la romaine grandeur' de Joachim DU BELLAY dans 'Les antiquités de Rome'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Qui voudrait figurer la romaine grandeur

Qui voudrait figurer la romaine grandeur

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les antiquités de Rome"

Qui voudrait figurer la romaine grandeur
En ses dimensions, il ne lui faudrait querre
A la ligne et au plomb, au compas, à l’équerre,
Sa longueur et largeur, hautesse et profondeur :

Il lui faudrait cerner d’une égale rondeur
Tout ce que l’océan de ses longs bras enserre,
Soit où l’astre annuel échauffe plus la terre,
Soit où souffle Aquilon sa plus grande froideur.

Rome fut tout le monde, et tout le monde est Rome.
Et si par mêmes noms mêmes choses on nomme,
Comme du nom de Rome on se pourrait passer,

La nommant par le nom de la terre et de l’onde :
Ainsi le monde on peut sur Rome compasser,
Puisque le plan de Rome est la carte du monde.

Poème préféré des membres

celestine a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Roi des animaux de gueules
    ---------------------------------

    C’est un roi promenant sa royale grandeur ;
    Sa couronne n’est point trouvée chez l’antiquaire,
    Mais noblement issue d’un vieux trésor de guerre
    Reposant dans la cave aux vastes profondeurs.

    Du roi des animaux, la riante candeur
    Fait que tous ses sujets le traitent comme un frère ;
    Il aime se montrer n’importe où, sur sa terre,
    Découvrant ses jardins faits d’ombre et de splendeur.

    S’il passe en un verger, on lui offre une pomme ;
    Dans le milieu du jour, il aime faire un somme,
    Où simplement rêver, laisser le temps passer.

    C’est le roi, semble-t-il, le plus paisible au monde,
    Qui flâne au long du jour sur la terre et sur l’onde,
    Et jamais ne voulant d’autres rois surpasser.

  2. Ange instrumentiste
    ----------------------

    Du cosmos l’ange blanc veut louer la grandeur ;
    Il trouve un instrument chez un brave antiquaire,
    Son morceau retentit ainsi qu’un chant de guerre,
    Éveillant l’univers jusqu’en ses profondeurs.

    Cet angélique son, dans sa belle candeur,
    Devrait vous émouvoir, gentils humains, mes frères ;
    Pour une fois qu’un ange est entendu sur Terre,
    C’est l’occasion de rendre hommage à sa splendeur.

    Travailleurs du verger, offrez vos belles pommes ;
    En croquer une ou deux peut le changer en homme
    Capable d’oublier son céleste passé.

    Si cet ange a pour voeu d’appartenir au monde,
    Baptisons-le, ce soir, dans la fraîcheur de l’onde,
    La vestale à minuit s’en viendra l’embrasser.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto