Poème 'Je n’ay plus soif, tairie est la fontaine' de Charles d'ORLEANS dans 'Ballades'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Charles d'ORLEANS > Je n’ay plus soif, tairie est la fontaine

Je n’ay plus soif, tairie est la fontaine

Charles d'ORLEANS
Recueil : "Ballades"

Je n’ay plus soif, tairie est la fontaine ;
Bien eschauffé, sans le feu amoureux ;
Je voy bien cler, ja ne fault qu’on me maine ;
Folie et Sens me gouvernent tous deux ;
En Nonchaloir resveille sommeilleux ;
C’est de mon fait une chose meslee,
Ne bien, ne mal, d’aventure menee.

Je gaingne et pers, m’escontant par sepmaine ;
Ris, Jeux, Deduiz, je ne tiens conte d’eulx :
Espoir et Dueil me mettent hors d’alaine ;
Eur, me flatent, si m’est trop rigoreux ;
Dont vient cela que je riz et me deulz ?
Esse par sens ou folie esprouvee ?
Ne bien, ne mal, d’aventure menee.

Guerdonné suis de malleureuse estraine ;
En combattant, je me sens couraigeux ;
Joye et Soussy m’ont mis en leur demaine ;
Tout desconfit, me tiens au ranc des preux ;
Qui me saroit desnoer tous ses neux ?
Teste d’assier y fauldroit, fort armee,
Ne bien, ne mal, d’aventure menee.

Prince, veillesse fait me jouer a telz jeux,
Perdre et gaingner, et tout par ses conseulx ;
A la faille j’ay joué ceste annee,
Ne bien, ne mal, d’aventure menee.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS