Poème 'Rolle n’est plus vertueux' de Théodore de BANVILLE dans 'Odes funambulesques'

Rolle n’est plus vertueux

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odes funambulesques"

Que l’Aurore ait à son corsage
Cent mille fleurs pour entourage
Et teigne de rose le ciel,
Rolle dort comme un immortel,
Sans s’inquiéter davantage.

Mais que, sur sa lointaine plage,
L’Odéon donne un grand ouvrage,
Rolle s’y rend, plus solennel
Que l’Aurore.

Ce capricieux personnage,
Dont, par un heureux assemblage,
Le patois traditionnel
Plaît au Constitutionnel,
Aime mieux voir lever Bocage
Que l’Aurore.


Janvier 1846.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS