Poème 'Salve!' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Salve!

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Un chariot t’emporte, à l’heure où l’aube naît.
Cochon vorace en qui l’homme se reconnaît,
Cochon rose, à travers Paris qui vient d’éclore,
Sous les premiers rayons frissonnants de l’aurore,
Splendide orfèvrerie où brille un cabochon,
Pauvre être que baisait la lumière, Cochon,
Tu vas, mal secouru par ton pauvre génie,
Mourir sous le couteau comme une Iphigénie,
Et quand tu tomberas sous le coup meurtrier,
On mettra sur ta tête affreuse un noir laurier.
Hier pourtant, ignorant encor la peine dure,
Tu te vautrais dans les délices de l’ordure,
Heureux, sordide, en proie à tes vils appétits,
Auprès de ta femelle et de tous ses petits.
O Cochon monstreux, goulu, pareil à l’homme,
Tu semblais dans ta fange un empereur de Rome;
Alors, taché de rose, éblouissant, vermeil,
On eût dit que sous les caresses du soleil
Tu marchais dans les ors fous des apothéoses,
Et qu’il pleuvait sur toi de la flamme et des roses.

Samedi, 21 mai 1887.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS