Poème 'Semper adora' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Semper adora

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

O Maître de la Lyre, aïeul, race d’Homère!
Hugo, quand tu vivais cette vie éphémère,
Devant le vaste flot que seul tu remuais,
Tes envieux restaient stupéfaits et muets.
Ils ne moissonnaient pas leur haine déjà mûre,
Et pâles, dans leurs seins, étouffaient leur murmure.
Maître, quand près de toi, dans un repas divin,
Nous te parlions, mangeant ton pain, buvant ton vin,
Quand nous goûtions, hélas! vieille troupe écolière,
Tes entretiens charmants de bonté familière,
Dans notre souvenir devenus solennels;
Quand tu nous regardais de tes yeux éternels,
Te garder, c’est le rêve enivrant que nous fîmes!
Eux pourtant, devant toi vaincus, domptés, infimes,
Pleins d’une rage sourde et remâchant leur fiel,
Petits, ils t’admiraient comme un archer du ciel
Lançant tes flèches d’or sur les marais immondes,
Ou portant dans ta main, comme Dieu fait des mondes,
L’idéal grandiose et la réalité,
Génie entré vivant dans l’immortalité.
Mage qui dans les cieux mystérieux sus lire,
Faisant parler, chanter, frémir toute la Lyre,
Évoquant dans ta voix les crimes, les bourreaux,
Les baisers, tout un peuple effrayant de héros,
Tu nous rendais, parmi nos pleurs et nos désastres,
En un tas d’odes, plus nombreuses que les astres,
Les Pindares et les Eschyles disparus,
Et ne pouvant plus rien ici-bas, tu mourus.
Les Zoïles bouffons, dont le front vil rougeoie,
En hurlèrent alors de colère et de joie;
Ils crièrent, montrant leurs appétits flagrants:
A présent qu’il n’est plus, nous pouvons être grands.
Puisqu’il prenait nos parts d’orgueil et de lumière,
Brillons! notre place est à présent la première.
Nous serions comme lui bientôt, si nous voulions.
Frères, être un berger d’aigles et de lions,
Un Hugo, ce n’est pas du tout la mer à boire:
C’est un peu de génie avec un peu de gloire,
Et le vent de l’exil parmi des cheveux blancs.
C’est ainsi que ces nains heureux, jadis tremblants,
Exultaient. Ils disaient: Tout doit finir, en somme.
Voici longtemps déjà qu’on admire cet homme.
Assez. Ne suivez plus la trace de ses pas.
Allons ailleurs. — Pardon, messieurs, je n’en suis pas.
Maître, je suis un flot parmi les flots sans nombre;
Mais, depuis le matin, j’ai marché dans ton ombre.
J’ai parfois réfléchi ta lumière, et si peu
Que je sois, j’ai pu voir en toi l’infini bleu.
Tant que je vivrai sous les grands cieux qui se dorent,
O Père, je serai parmi ceux qui t’adorent,
Fidèles, et s’il n’en reste qu’un, je serai
Celui-là, plein d’amour et le coeur ulcéré!

Mardi, 26 juillet 1887.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto