Poème 'Si fruits, raisins et blés, et autres telles choses' de Joachim DU BELLAY dans 'Les Regrets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Si fruits, raisins et blés, et autres telles choses

Si fruits, raisins et blés, et autres telles choses

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les Regrets"

Si fruits, raisins et blés, et autres telles choses,
Ont leur tronc, et leur cep, et leur semence aussi,
Et s’on voit au retour du printemps adouci
Naître de toutes parts violettes et roses :

Ni fruits, raisins, ni blés, ni fleurettes décloses
Sortiront, viateur, du corps qui gît ici :
Aulx, oignons, et porreaux, et ce qui fleure ainsi,
Auront ici dessous leurs semences encloses.

Toi donc, qui de l’encens et du baume n’as point,
Si du grand Jules tiers quelque regret te point,
Parfume son tombeau de telle odeur choisie :

Puisque son corps, qui fut jadis égal aux dieux,
Se soulait* paître ici de tels mets précieux,
Comme au ciel Jupiter se paît de l’ambroisie.

(*) avait l’habitude

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Barde rabelaisien
    ---------------------

    Le barde Joachim sait la saveur des choses,
    Le goùt de la nature, et des livres aussi :
    Son trait, tantôt féroce et tantôt adouci,
    Peut se faire épineux, comme il advient des roses.

    Qu’un pape devant lui meure et se décompose
    (Même ces grands seigneurs doivent finir ainsi !)
    Il nous rappelle alors, avec des mots précis,
    Quelle odeur doit avoir pareille apothéose.

    Un morceau du passé se tient là, sous nos yeux ;
    Et nous le contemplons avec un regard pieux,
    Tant le rhapsode a pris les vrais mots pour le dire.

    Du Bellay, de nos jours, nous ne regrettons point
    D’écouter ta leçon, mot à mot, point par point :
    Car c’est elle qui peut nous apprendre à écrire.

  2. Arbre du scepticisme
    ----------

    Le fruit d’un pareil arbre est une douce chose,
    Dame Avette le sait, mais Dame Guêpe aussi ;
    Leur caractère en est bellement adouci,
    Comme au joli printemps par la saveur des roses.

    Souvent sur le gazon ces fruits se décomposent,
    Le primate aime bien les déguster ainsi ;
    Il en attend, d’ailleurs, un résultat précis :
    Qu’à moins de soumission son âme se dispose.

    Sur le premier jardin posant alors ses yeux,
    Il emplit son esprit de la douceur du lieu ;
    Il se sent bien chez lui, plus qu’on ne peut le dire.

    Désormais le serpent ne l’intimide point,
    Il réfute ses mots, répondant point par point,
    Grâce au Vieux Testament qu’il s’amuse à écrire.

  3. Fruits pour incrédules
    ------------

    Qui mange de tels fruits doute de plusieurs choses,
    Du passé, du présent, de l’avenir aussi ;
    Notre pain quotidien n’en est pas adouci
    En ce jardin désert où se fanent les roses.

    Ils sont bien tourmentés, ceux qui les entreposent,
    Leur gêne, cependant, est sans motif précis ;
    Depuis longtemps déjà les choses sont ainsi,
    Toujours l’homme propose et le diable dispose.

    L’oiseau du désespoir les mange sous nos yeux,
    Il en emplit son ventre, il assombrit ce lieu ;
    Nous n’avons pas le coeur, pourtant, de le maudire.

    Adam, qui marchait nu, s’habille d’un pourpoint,
    Le labeur couturier ne le rebute point ;
    Il répète souvent «Ça pourrait être pire.»

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS