Poème 'Si quelqu’un veut savoir qui me lie et enflamme' de Etienne JODELLE dans 'Les Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne JODELLE > Si quelqu’un veut savoir qui me lie et enflamme

Si quelqu’un veut savoir qui me lie et enflamme

Etienne JODELLE
Recueil : "Les Amours"

Si quelqu’un veut savoir qui me lie et enflamme,
Qui esclave a rendu ma franche liberté,
Et qui m’a asservi, c’est l’exquise beauté,
D’une que jour et nuit j’invoque et je réclame.

C’est Le feu, c’est Le noeud, qui lie ainsi mon âme,
Qui embrase mon coeur, et le tient garotté
D’un lien si serré de ferme loyauté,
Qu’il ne sauroit aimer ni servir autre Dame.

Voilà le Feu, le Noeud, qui me brûle, et étreint :
Voilà ce qui si fort à aimer me contraint
Celle à qui j’ai voué amitié éternelle,

Telle que ni le temps ni la mort ne sauroit
Consommer ni dissoudre un lien si étroit
De la sainte union de mon amour fidèle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le bicoq et le biporc
    --------------------

    Dans le vaste jardin qu’un crépuscule enflamme,
    D’étranges animaux errent en liberté ;
    Bicoq est par Biporc bien souvent transporté
    En échange de vers, qu’alors il lui déclame.

    La plus douce amitié règne entre ces deux âmes,
    Car ces bons compagnons, tous les deux, sont dotés
    De belle et bonne humeur, de franche loyauté
    Et du sens du plaisir, vertus que rien n’entame.

    La beauté du décor les charme et les étreint ;
    Leur esprit libéré, que plus rien ne contraint,
    En perçoit comme un goût de sagesse éternelle.

    Le scribe qui les voit dit que rien ne saurait
    Surpasser cet accord de volaille et goret ;
    Laissons à leur bonheur ces deux amis fidèles !

Rédiger un commentaire

Etienne JODELLE

Portait de Etienne JODELLE

Étienne Jodelle, né en 1532 à Paris où il est mort en juillet 1573, est un poète et dramaturge français. Membre de la Pléiade, il s’efforça d’en appliquer les principes à l’art théâtral. Il fut le premier à utiliser l’alexandrin dans la tragédie. Il apparaît comme un précurseur de la tragédie à... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto