Poème 'Son rêve fastueux …' de Albert SAMAIN dans 'Le chariot d'or'

Son rêve fastueux …

Albert SAMAIN
Recueil : "Le chariot d'or"

Son rêve fastueux, seul, lui donnait des fêtes ;
Il avait son orgueil intime pour ami.
Grave, pour dérider un peu son front blêmi,
Il regardait ses fleurs et caressait ses bêtes.

Soumis à ses grands yeux étranges de prophète,
De beaux désirs pareils à des tigres parmi
Les jungles de ses sens s’étiraient à demi.
Il vivait seul avec son âme pour conquête.

Dans le palais silencieux qu’était son coeur,
Des femmes, que gardait secrètes son humeur,
Languissaient, comme des sultanes, près des urnes…

Lui, pâle, par les soirs délirants de jasmins
S’agenouillait, des larmes chaudes sur les mains ;
Et parfois, soeur aimante, aux terrasses nocturnes

La mort venait baiser ses lèvres taciturnes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Piaf-Tonnerre et la fête
    ------------------------------

    Piaf-Tonnerre apprécie les ambiances de fête,
    Surtout s'il les partage avec quelques amis ;
    Pas besoin de champagne, un modeste demi
    Au comptoir où les feux du troquet se reflètent.

    Le changement d'année traverse la planète
    Et rejoint Piaf-Tonnerre, émerveillé, parmi
    Les buveurs, dont certains sont un peu endormis.
    Quatorze sera-t-elle une année de conquêtes ?

    Ah ! que ce soit un an simple, comme nos coeurs.
    Laissons-le nous guider avec sa bonne humeur,
    Qu'il soit fils de Vénus ou bien du vieux Saturne.

    Piaf-Tonnerre est en fête, et ça le rend humain.
    En cette aube nouvelle, à peine si sa main
    Trouve le dernier vers de ce sonnet nocturne.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS