Poème 'Sonnet (A Mademoiselle S. de L. C.)' de Charles CROS dans 'Le coffret de santal'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Charles CROS > Sonnet (A Mademoiselle S. de L. C.)

Sonnet (A Mademoiselle S. de L. C.)

Charles CROS
Recueil : "Le coffret de santal"

A Mademoiselle S. de L. C.

Les saphirs durs et froids, voilés par la buée
De l’orgueilleuse chair, ressemblent à ces yeux
D’où jaillissent de bleus rayons silencieux,
Inquiétants éclairs d’un soir chaud, sans nuée.

Couvrant le front, comme au hasard distribuée,
La chevelure flotte en tourbillons soyeux.
La bouche reste grave et sans moue, aimant mieux
S’ouvrir un peu, de sa fraîcheur infatuée.

Cette bouche immuable et ces cheveux châtains,
Ces yeux, suivant dans l’air d’invisibles lutins,
Ont l’implacable attrait du masque de la Fable.

Mais non; car dans ces traits placides rien ne ment;
Et parfois ce regard révèle, en un moment,
La vérité suprême, absolue, ineffable.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Magnifique portrait d'une belle indifférente.

  2. Inscription temporaire
    ----------------------------

    Comme traçant des traits sur la vitre embuée,
    Le barde assemble ici des vers, devant tes yeux ;
    Et tout dans la maison se fait silencieux
    Comme peut l'être, au ciel, une blanche nuée.

    La signification vite distribuée
    Entre deux mots banals et quatre mots joyeux,
    La construction du thème avance pour le mieux,
    Qui de son sens profond n'est point infatuée.

    Sonnet de rien du tout, caprice d'un matin,
    Qu'aurait pu composer une ondine, un lutin
    Ou bien un petit troll trouvé dans une fable.

    Texte qui ne dit rien, donc jamais il ne ment ;
    Juste de quoi meubler le silence, un moment,
    En lui substituant un babil ineffable.

  3. Tour métastable
    ----------

    Précaire est mon appui sur la terre embuée,
    Mon ossature craint la colère des cieux ;
    J’appelle à mon secours un tas de petits dieux,
    Mais il en vient fort peu, ce n’est pas la ruée.

    Mes salles l’autre jour furent évacuées,
    Mes maîtres sont partis pour je ne sais quel lieu ;
    Pour moi, j’ose espérer qu’ils s’y trouveront mieux
    Et qu’ainsi leur sera la paix restituée.

    Vais-je donc m’écrouler par un triste matin ?
    Un prêtre viendra-t-il me bénir en latin ?
    Un barde écrira-t-il sur ma chute une fable ?

    Je suis la franche tour, la pierre qui ne ment,
    Un modeste vestige et pas un monument ;
    Avec moi se perdra ma sagesse ineffable.

Rédiger un commentaire

Charles CROS

Portait de Charles CROS

Charles Cros, né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842, originaire d’une famille de Lagrasse (Aude) et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français. Passionné de littérature et de sciences, il fut un temps, de 1860 à 1863, professeur de chimie à l’Institut parisien des Sourds-Muets, avant de se... [Lire la suite]

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS