Poème 'Sonnet de la pietà' de FAB

Accueil > Les membres > Page de poésie de FAB > Sonnet de la pietà

Sonnet de la pietà

FAB

Comme un colosse orné de ses voiles informes,
Tes mains d’une ombre claire unissent amoureuses
La prière à l’offrande et la gloire à la gueuse.
Tes bras semblent bercer un enfant pour qu’il dorme

Et sa peau diaphane absorbe chaque pleur
Comme un champ nouveau-né du soleil et du sol,
Comme un dieu baptisé d’une pluie qui console,
Un parvis épargné du temps, de son ampleur.

Ainsi l’enfant s’est tu. Et sur son frais visage,
Mille lèvres marient leur douleur et leur sang
Dans un même baiser innocent même sage.

La teneur de l’amour est celle de la pierre
Que la haine a jeté pour un embrassement,
Cette éternelle vierge en quête d’un amant.

Hommage à Michel-Ange

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS