Poème 'Tombeau' de Stéphane MALLARME dans 'Poésies'

Tombeau

Stéphane MALLARME
Recueil : "Poésies"

Le noir roc courroucé que la bise le roule
Ne s’arrêtera ni sous de pieuses mains
Tâtant sa ressemblance avec les maux humains
Comme pour en bénir quelque funeste moule.

Ici presque toujours si le ramier roucoule
Cet immatériel deuil opprime de maints
Nubiles plis l’astre mûri des lendemains
Dont un scintillement argentera la foule.

Qui cherche, parcourant le solitaire bond
Tantôt extérieur de notre vagabond —
Verlaine ? Il est caché parmi l’herbe, Verlaine

À ne surprendre que naïvement d’accord
La lèvre sans y boire ou tarir son haleine
Un peu profond ruisseau calomnié la mort.

Poème préféré des membres

Mana56 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse de jules César
    ---------------------------

    César, qu'on représente avec un dé qui roule
    Et qu'il vient de lancer d'une fiévreuse main,
    Avait prémédité les destins des Romains
    Comme un sculpteur penché sur l'esquisse et le moule ;

    Levé dès l'aube, à l'heure où le ramier roucoule,
    Il faisait tout le jour un effort surhumain
    En vue de merveilleux et nobles lendemains,
    Mais cela n'était point approuvé par la foule.

    Le peuple n'aime pas qu'on progresse par bonds,
    Ni qu'on fasse des gars des soldats vagabonds
    Couverts par la Légion d'un lourd manteau de laine ;

    Et César, sur la fin, s'en trouva bien d'accord :
    Parmi les sénateurs, retenant son haleine,
    L'homme baigné de sang souriait à la mort.

  2. Maître Canard
    -----------------

    S’éloignant de l’ornière où les charrettes roulent,
    Il fuit de l’égorgeur la menaçante main ;
    C’est à travers le ciel qu’il trace son chemin,
    Où tout au long du jour les quatre vents s’écoulent.

    Ayant pour compagnon le ramier qui roucoule,
    Il a franchi les monts, d’un effort surhumain,
    Il va vers de joyeux et nobles lendemains.
    Il a quelques suiveurs, mais ils ne sont pas foule.

    La grenouille le craint, qui progresse par bonds,
    Ainsi que, dans le Sud, les criquets vagabonds ;
    Mais il dévore aussi des lombrics dans les plaines.

    Avec toi, cher canard, nous sommes bien d’accord :
    Dans cette longue voie qui de périls est pleine,
    Nous devons essayer d’échapper à la mort.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS