Poème 'Un lieu' de ATOS

Un lieu

ATOS

Il n’y pas lieu où se taire.

Montre moi une seule terre
un seul pays, une seule nation,
où la raison ignore le bâillon.
Je te le dis :
Tu ne trouveras jamais lieu où te taire.

Prends les chemins de mer
de fer et de terre
Cherche
Entre dans les villages, dans les ports
écoute le silence des places
regarde les murs, les portes,
regarde les grilles et les chaînes,
les fosses et les fossés,
les gosses, et leurs mères muselées.
regarde partout où la folie se terre.
où des hommes se plient, se tordent,
se courbent, gémissent.
Là où l’eau ne coule plus,
là où elle brûle tout
là où le soleil est en misère
et les champs sont en poussière
là où les forets sont des cimetières
là où on achète ses frères.
Là où on vend nos enfants.
Là où on lapide des amants
Là où on juge sans entendre
Là où on arrache de leur lit des rivières
Là où le ventre résonne dans la tête
Là où on ré-écrit peu à peu les livres
Là où on les détruit,
Là où les hommes eux mêmes
font trembler la terre.
Là où, même, au plus petit fruit
on fait oublier le parfum de ses fleurs.
Va là,
aussi loin que tu le pourras,
Porte ton œil
tes mains
Ta bouche
Tes oreilles
vers la terre.
Va,
rends toi là bas,
et cherche
Parle, lis, interroge, partage,
écoute, touche, ressens et
vois.
tout.
Même là, où des hommes
qui n’ont pourtant besoin de rien
font croire à la terre entière
qu’ils auraient tout à perdre.
Même là bas, rends toi.

Et lorsque que tu auras compris
le sens de la terre
Retourne toi,
viens et dis moi.
Dis moi,
Où se trouve ce lieu, mon frère
où nous pourrions un jour
nous taire ?
Si tu ne le sais pas,
alors, je t’en supplie,
surtout,
ne te tais pas.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS